1.2 L’immigration chinoise et la perspective historique

Voici l’enregistrement de Angelina B. et Maria B.

Au début, Maria a choisi de présenter la perspective d’ Amor de Cosmos et puis Angelina a répondu avec la perspective d’un  Sino-Canadien qui avait le droit de vote, mais à qui on a enlevé ce droit après que la C-B s’est joint au Dominion du Canada. 

Ensuite, Angelina a choisi de présenter la perspective d’Amor de Cosmos et puis Maria a répondu avec la perspective d’un autochtone.

 

Racism Then-Now

The Great Depression of the 1930s was catastrophic for all workers. But as usual, Blacks suffered worse, pushed out of unskilled jobs previously scorned by whites before the depression. Blacks faced unemployment of 50 percent or more, compared with about 30 percent for whites. Black wages were at least 30 percent below those of white workers, who themselves were barely at subsistence level.  Throughout history in America there has always been the idea of racism. When Americans think of racism, they usually think of slavery and that racism is no longer a problem in America. However, this is not the case. Racism is still very apparent in America. It is true that since the end of slavery, the U.S. has made great strides towards becoming a less racist country. In reality, racism will never be extinct. In today’s society, all American citizens of all races have the same rights as one another, yet there is still racism. All through the book To Kill a Mockingbird there is the recurrence of racism. One of the main reasons this is evident is because it takes place in Alabama. It is well known that Alabama is notorious for racism, especially involving whites and blacks.

UNEMPLOYMENT

1930s

If a man lost his job, he had to find another one as quickly as possible simply to keep from going hungry. A lot of other men in the same position competed desperately for what work was available, and an employer could hire those same men for much lower wages and expect them to work harder than what was the case before the depression. As a result, the men could get jobs and the employer could stay in business.

Today

The average man first has months of unemployment insurance; after that, he can go on welfare if he can’t find “suitable work.” Instead of taking whatever work is available, especially if it means that a white collar worker has to get his hands dirty, many will go on welfare. This will decrease the production of new wealth and delay the recovery. The worker no longer has to worry about some entrepreneur exploiting (i.e., employing) him at what he considers an unfair wage because the minimum wage laws, among others, precludes that possibility today. As a result, men stay unemployed and employers will go out of business.

THE SOCIETY

1930s

The world was largely rural or small-town. Communications were slow, but people tended to trust the media. The government exercised considerable moral suasion, and people tended to support it. The business of the country was business, as Calvin Coolidge said, and men who created wealth were esteemed. All told, if you were going to have a depression, it was a rather stable environment for it; despite that, however, there were still plenty of riots, marches, and general disorder.

Today

The country is now urban and suburban, and although communications are rapid, there’s little interpersonal contact. The media are suspect. The government is seen more as an adversary or an imperial ruler than an arbitrator accepted by a consensus of concerned citizens. Businessmen are viewed as unscrupulous predators who take advantage of anyone weak enough to be exploited.

PRICES

1930s

Prices dropped radically because billions of dollars of inflationary currency were wiped out through the stock market crash, bond defaults, and bank failures. The government, however, somehow equated the high prices of the inflationary ’20s with prosperity and attempted to prevent a fall in prices by such things as slaughtering livestock, dumping milk in the gutter, and enacting price supports. Since the collapse wiped out money faster than it could be created, the government felt the destruction of real wealth was a more effective way to raise prices. In other words, if you can’t increase the supply of money, decrease the supply of goods.

Nonetheless, the 1930s depression was a deflationary collapse, a time when currency became worth more and prices dropped. This is probably the most confusing thing to most Americans since they assume—as a result of that experience—that “depression” means “deflation.” It’s also perhaps the biggest single difference between this depression and the last one.

Today

Prices could drop, as they did the last time, but the amount of power the government now has over the economy is far greater than what was the case 80 years ago. Instead of letting the economy cleanse itself by allowing the financial markets to collapse, governments will probably bail out insolvent banks, create mortgages wholesale to prop up real estate, and central banks will buy bonds to keep their prices from plummeting. All of these actions mean that the total money supply will grow enormously. Trillions will be created to avoid deflation. If you find men selling apples on street corners, it won’t be for 5 cents apiece, but $5 apiece. But there won’t be a lot of apple sellers because of welfare, nor will there be a lot of apples because of price controls.

Consumer prices will probably skyrocket as a result, and the country will have an inflationary depression. Unlike the 1930s, when people who held dollars were king, by the end of the Greater Depression, people with dollars will be wiped out.

Mes valeurs dans ma communauté

Quelque chose que se passe dans ma communauté qui soutient mes valeurs

Vancouver to host major conference on gender equality in 2019

J’ai choisi cet événement parce qu’un des mes valeurs c’est l’égalité pour tous, la même traite pour tous, puis les mêmes droits pour tous. On devrait tous avoir la même éducation, les sports, le travail, etc.

Quelque chose que se passe dans ma communauté qui s’oppose à mes valeurs

http://www.cnn.com/2017/11/23/us/cyntoia-brown-social-media-murder-case-trnd/index.html

J’ai choisi cet événement parce qu’il y a quelque chose que s’oppose à mes valeurs, et c’est que les juges ont eu compassion pour un predateur et trafiquant des ados. Lequel je trouve très stupide du part du gouvernement. Je ne suis pas en d’accord avec ce qu’ils ont fait à propos le cas de Cyntoia Brown, puis avec le fait qu’ils l’ont mis en prison.

Pursuit of Happyness – Les leçons

  • Revue du film

Will Smith brille dans The Pursuit of Happyness, un conte sur l’amour, la famille et la poursuite du rêve américain.
Smith incarne Christopher Gardner, un vendeur qui peine à joindre les deux bouts pour sa femme (Thandie Newton) et son fils (Jaden Christopher Syre Smith). Alors que les problèmes financiers de la famille montent, sa femme se réfugie sous la pression et l’abandonne lui et son fils.
La chance de Gardner va de mal en pis alors que lui et son fils sont expulsés de leur maison et doivent survivre dans les rues de San Francisco. Le père et le fils sont obligés de se déplacer d’un endroit à l’autre pour trouver un abri partout où ils peuvent le trouver, même en passant une nuit dans une salle de bain du métro.
Les choses commencent à chercher Gardner quand il postule pour un stage dans une société de bourse. Bien que le stage ne soit pas rémunéré, l’un des 20 stagiaires sera choisi pour rester dans l’entreprise à temps plein. L’ambitieux vendeur lutte contre des chances insurmontables pour se démarquer de ses concurrents dans l’espoir de décrocher le poste.
Bien que l’histoire raconte l’amour d’un père pour son fils et travaille dur pour réaliser ses rêves, c’est plus que cela. Pursuit of Happyness est aussi une description poignante du problème de l’itinérance dans notre société. Peut-être que ce qui rend le film si puissant, c’est qu’il est basé sur une histoire vraie. Les problèmes auxquels fait face Gardner sont des problèmes rencontrés par beaucoup dans notre société tous les jours.

  • Les lessons financières et les lessons académiques et de carrière
  1. Etre pauvre ne l’empêchait pas d’être ce qu’il voulait. Il croyait que le succès dépendait seulement de ses efforts, pas du destin ou de la chance. Il a un rêve, il le garde et le poursuit.
  2. Life will sometimes be tough. If you are rich, maybe you will never taste of necessity. But for most of us, at one point life was or is tough. Chris loses his house, goes to a motel, and eventually he ends up living in a homeless shelter. He and his son even spend a night in a subway station restroom. Life humiliates him. He tastes bitterness and then tastes happiness.
  3. Une autre leçon que j’ai tirée de la poursuite du bonheur est qu’il n’est jamais trop tard pour commencer quelque chose de nouveau. Le personnage joué dans le film était déjà dans la quarantaine quand il a commencé le stage à la maison de courtage.
  4. Malgré tous les revers, il n’a jamais renoncé à lui-même. Il était prêt à continuer, il était prêt à faire face à un autre refus d’un autre médecin qui pourrait ne pas acheter sa machine de densité osseuse, il était prêt à prendre le risque de devenir stagiaire à la société de bourse bien que le poste ne soit pas payé , il était toujours prêt à assister à l’entrevue pour le poste de stagiaire courtier en bourse même s’il avait passé la nuit précédente en prison, il n’a jamais démissionné, il avait toujours de l’espoir. Il y a toujours de l’espoir si tu n’abandonnes jamais.
  • Conclusion 

La route vers le bonheur est pleine de revers. Dans la poursuite du bonheur, l’une des choses qui me trottait dans la tête était les différents revers que le personnage a subis dans le film avant de finalement le faire. Il a perdu sa voiture, sa femme l’a quitté, il est devenu sans-abri, il était fauché, son entreprise ne fonctionnait pas vraiment, il devait s’occuper de son fils lui-même, je veux dire que les revers étaient interminables.

Si vous éprouvez des revers importants dans votre vie en ce moment dans votre quête du bonheur et de l’accomplissement de vos rêves, alors vous êtes sur la bonne voie, vous êtes sur la bonne voie.

Philanthrope Fameux

  • La philanthropie est la philosophie ou doctrine de vie qui met l’humanité au premier plan de ses priorités. Un philanthrope cherche à améliorer le sort de ses semblables par de multiples moyens.
  • Bill Gates

William Henry Gates III est un magnat des affaires américain, investisseur, auteur, philanthrope et co-fondateur de Microsoft Corporation avec Paul Allen.Image result for bill gates

Bill Gates est un pionnier en la matière, le fer de lance de la philanthropie chez les milliardaires. Parce que la devise de sa fondation, créée avec sa femme Melinda, est « chaque vie humaine a la même valeur », le fondateur de Microsoft investit son argent dans toutes les sphères de l’humanitaire : le développement agricole, l’éducation, la pauvreté. Mais son domaine de prédilection reste la santé : il est le premier secteur de dépense de la fondation Bill & Melinda Gates, qui finance particulièrement la fourniture de vaccins contre la polio, la pneumonie, le paludisme, etc. Elle a également donné 50 millions de dollars aux agences des Nations unies et à des organisations internationales pour la lutte contre Ébola en 2014.

Place dans le classement Forbes : 1er.
Fortune : 79,2 milliards de dollars.
Dons : 1,5 milliards de dollars en 2014 (à travers sa fondation)

  • Alors, il n’y a pas vraiment beaucoup des philanthropes que je connais en personne, mais dans cette communauté, il y quelques uns dont j’ai déjà entendu. Par exemple, Gary Segal. Pour lui, philanthropie signifie regarder et prendre soin de vos semblables – non seulement donner de l’argent, mais aussi donner mon temps et de moi-même. En tant que président de la campagne des Manoirs Ronald McDonald de la C.-B., il était responsable de l’apport de 30 millions de dollars pour la construction d’une nouvelle maison sur les terrains de l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.